MISSION

Biquette - Écopâturage est un OBNL qui propose des services d'entretien des espaces verts par des petits ruminants (nos moutons). Combiné à la gestion différenciée, l'écopâturage permet à la fois à plusieurs espèces animales ou végétales de s'établir et de cohabiter, de rétablir le contact avec le monde agricole, tout en créant un espace convivial où les habitants de la ville peuvent se réunir et échanger.

Pâturer : par l’entretien des parcs urbains de manière écologique avec nos moutons;
 

Éduquer : par la création d’un espace éducatif (Le Repaire) où on peut s'instruire sur l'écopâturage et l'agriculture (urbaine et rurale) grâce à des ateliers variés. Des formations sont aussi offertes aux
berger.ère.s bénévoles qui, à leur tour, peuvent répondre aux questions des visiteurs.

 

Égayer : par la création d’un lieu de rencontre et d’événements ludiques qui contribuent à améliorer la qualité de vie, à rapprocher les citoyen.ne.s et à mettre de la couleur dans la vie de quartier.


Biquette en quelques dates

2016 : Début des activités, AU/LAB s'associe à
Biquette et les moutons débarquent au parc du  Pélican.


2017 : Trois parcs accueillent les moutons : Pélican, Lafond et Beaubien.


2018 : Biquette revient au parc du Pélican, s'installe au Jardin botanique, et au parc Maisonneuve.
 

2019 : Les moutons continuent de brouter l'herbe au Jardin botanique et c'est la naissance du Repaire de Biquette. Les poules font leur entrée.

 

2020 : Les moutons vivent au Repaire de Biquette et gambadent au parc Maisonneuve exclusivement.
 

2021 : L'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles accueille les moutons dans les parcs Saint-Joseph et du Cheval-Blanc. Les moutons retournent ensuite au Repaire de Biquette, au parc Maisonneuve, où les attendent les poulettes de Biquette.

amber.jpg

© Amber Forrester

Gestion différenciée?

 

La gestion différenciée est une manière d’entretenir les parcs et autres espaces verts qui tient compte des différentes utilisations. Par exemple, les sections d’un parc destinées aux sports peuvent être tondues plus souvent que les aires de pique-nique. Alors que dans d’autres zones, moins fréquentées, on peut laisser les herbes et les fleurs sauvages pousser et ainsi offrir abri et nourriture aux oiseaux et aux insectes pollinisateurs, ce qui favorise la biodiversité. De plus, des herbes hautes gardent la température plus basse qu’un gazon rasé de près et contribuent par conséquent à la lutte contre les îlots de chaleur.

paula_et_juju_visages_effacés_edited_edited.jpg

© Annie Cloutier